Risques pour la santé

À un moment donné, je me suis retrouvé à l’hôpital après avoir vécu une crise de panique. J’avais du mal à respirer, je me sentais étourdi, bref je ne me sentais vraiment pas bien.Steve, 37 ans

 

Santé physiologique et psychologique

Le corps humain en vient graduellement à s’habituer à recevoir une certaine quantité d’une même substance, si bien qu’il a besoin d’une dose de plus en plus grande pour que l’effet ressenti demeure toujours aussi fort. Il est ici question de tolérance. Celle-ci se développe plus rapidement lorsque l’on fume ou l’on s’injecte du crystal meth, que lorsque l’on privilégie d’autres façons de consommer. Prendre une quantité de plus en plus importante risque d’entraîner des conséquences de plus en plus considérables sur l’organisme.

Les effets psychiatriques. À court terme, la prise de crystal meth peut provoquer une paranoïa et une psychose. Des pertes de mémoire sont aussi parfois rapportées. À long terme, des variations de l’humeur, des symptômes dépressifs et des hallucinations peuvent survenir. Des dommages cérébraux risquent de causer d’autres problèmes cognitifs, tels que des troubles d’apprentissage, des problèmes de mémoire persistants ou des habiletés motrices réduites.

Les effets cardiovasculaires. L’hypertension artérielle (ou pression trop élevée) a été maintes fois observée chez les consommateurs de crystal meth. La présence d’œdème pulmonaire (accumulation de liquide dans les poumons) et d’hémorragie cérébrale a aussi été révélée dans certains cas, de même que d’autres pathologies cardiaques.

Autres effets physiologiques. Le bon fonctionnement du foie ou des reins peut être altéré par la prise de crystal meth. Après avoir consommé, l’envie de boire et de manger diminue de manière significative, ce qui peut mener à un affaiblissement de l’organisme, à l’amaigrissement et à la malnutrition.

Cliquez ici pour connaître d’autres effets possibles sur la santé.

Santé sexuelle

Hormis les effets directs à court et à long terme du crystal meth sur le corps humain, il existe des risques d’un autre ordre pour la santé, à savoir une augmentation des risques d’attraper ou de transmettre des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) et le VIH. Leur transmission peut survenir au moment de la consommation, mais aussi pendant les relations sexuelles après avoir consommé.

Avec le crystal meth, je devenais désinhibé, je me sentais libre et je voulais repousser les limites. Je me laissais aller de plus en plus, avec de plus en plus de partenaires…Bruno, 44 ans

 

Le VIH

VIH est un acronyme qui signifie virus de l’immunodéficience humaine. L’infection par ce virus cause le syndrome de l’immunodéficience acquise (sida). Le VIH s’attaque au système de défense du corps humain, le système immunitaire, et réduit sa capacité à combattre les infections. En affaiblissant le système immunitaire, il peut faciliter le développement de maladies dites « opportunistes ». Ces maladies, que l’humain peut habituellement contrôler, peuvent causer des conséquences graves et même la mort. Les principaux modes de transmission du VIH sont la pénétration vaginale ou anale sans condom et le partage de matériel d’injection. Ces deux modes de transmission sont considérés à haut risque. 

Les symptômes

Les symptômes varient selon le stade de la maladie. Il est possible d’être porteur du VIH pendant des années sans ressentir aucun symptôme. 

Consultez cette page de la Clinique médicale du Quartier latin pour en apprendre davantage sur le VIH. Afin de minimiser les chances d’être infecté, voir la section Réduction des risques.

 

Les ITSS

Les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), anciennement appelées MTS (maladies transmises sexuellement), peuvent avoir des conséquences sérieuses sur la santé si elles ne sont pas traitées. Les ITSS les plus courantes sont la chlamydia, la gonorrhée, la syphilis, l’herpès génital, les condylomes ou virus du papillome humain (VPH), les morpions, les hépatites et la lymphogranulomatose vénérienne (LGV). Il est à noter que depuis quelques années, le nombre de cas de syphilis chez les hommes gais a augmenté de manière importante.

Les symptômes

Les ITSS ne présentent pas toujours de symptômes et peuvent passer inaperçues. Toutefois, certains symptômes laissent parfois présager une ITS, tels que des brûlements lorsque vous urinez, des condylomes, des lésions ou boutons à la région génitale, des écoulements anormaux.

Consultez cette page de la Clinique médicale du Quartier latin pour en apprendre davantage sur chacune des ITSS. Afin de minimiser les chances d’être infecté, voir la section Réduction des risques.

 

L’hépatite C

Cette maladie du foie est causée par le virus de l’hépatite C (VHC). Celui-ci se transmet principalement par le contact avec du sang contaminé lors du partage de seringues ou de matériel d’injection ou d’inhalation, mais peut aussi se transmettre pendant les relations sexuelles non protégées (surtout si elles causent des saignements et que vous avez le VIH). Le moindre saignement aux lèvres, par exemple à la suite d’une brûlure par le contact d’une pipe devenue chaude, est suffisant pour que le virus se propage si la pipe est partagée. Il en va de même pour le partage de seringues, et même de pailles ou tubes. Comme le VHC survit quelque temps à l’air libre, il se transmet beaucoup plus facilement que d’autres virus.

Les symptômes

Environ le quart des personnes atteintes élimineront le virus spontanément. Pour 75 % des personnes, l’infection deviendra chronique. Parmi les personnes infectées, 70% à 80% ne présentent aucun signe d’infection. Les autres personnes qui auront des symptômes présenteront de la fatigue, des malaises, de la perte d’appétit, des douleurs à l’estomac, un ictère (jaunissement de la peau et des yeux), des selles pâles et une urine foncée. Chez les porteurs chroniques, environ 50% pourront développer avec les années une cirrhose (cicatrisation des tissues du foie) et rarement un cancer du foie. Comme la majorité des personnes ne présentent pas de symptômes, il est important de considérer un test de dépistage de l’hépatite C si vous avez été exposé au virus (voir la section Réduction des risques).

Santé financière

L’usage de crystal meth peut parfois être synonyme d’insécurité financière. Certes, les coûts associés à l’achat de la substance risquent de prendre de l’ampleur si l’on consomme sur une base régulière, car la quantité prise risque d’augmenter au fur et à mesure que s’établit l’effet de tolérance. Mais exception faite des coûts directs du crystal meth, une consommation régulière peut aussi entraîner des coûts indirects, à commencer par le risque de perdre son emploi lorsque la consommation prend le dessus. Passer à côté d’opportunités d’emploi est également une conséquence fâcheuse pour certains consommateurs. Enfin, sans en faire une liste exhaustive, mentionnons les coûts reliés à la prise de médicaments éventuels, comme des antidépresseurs, aux consultations chez des psychologues ou des dentistes, ainsi qu’à certaines démarches pour diminuer ou arrêter sa consommation.